Scène coupée: La rencontre de Cat et Denise

Coucou mes ptits loups! Chose promise, chose due, voici pour vous une nouvelle scène coupée inédite! Elle se situait originellement dans une nouvelle écrite par Jeaniene Frost et qui devait être publiée dans Weddings From Hell (ICI). En cours de route, JF s’est rendue compte que ça ne collait pas, du coup les textes ont été mis de côté. La scène que je vous propose se situe entre Au bord de la Tombe et Un pied dans la Tombe! Enjoy ^^ 

    Après une journée harassante pendant laquelle j’avais formé mes hommes au combat au corps à corps, je quittai le QG vers les dix heures. Je me rendis compte que j’avais l’estomac vide, alors, au lieu de foncer tout droit à la maison, je m’arrêtais plutôt à un fast food.

    Il faisait froid dehors, mais malgré ça, je décidai de savourer mon hamburger et mes frites sur un banc aux abords d’un parc au lieu de dîner dans ma voiture. Il était tellement rare d’être dehors le soir? à moins d’être entrain de chasser quelque chose. Et d’autant plus rare d’être dehors sans un membre de mon équipe qui m’espionnait.

    FAN ARTDon ne savait pas que je pouvais entendre les équipes qu’il m’avait mis sur le dos, ou bien encore percevoir le faible crépitement dans mon téléphone qui révélait la présence d’un dispositif d’écoute électronique ! Il en savait beaucoup sur mes habilitées hors du commun, mais j’avais gardé certaines choses pour moi.  Comme par exemple quelle était la distance réelle de la portée de mon ouïe.

Je ne préparais évidement rien de sournois, malgré les suspicions de Don, mais il valait mieux laisser certaines choses dans le noir. Il avait un peu relâché la pression ces deux derniers mois. Je n’étais désormais suivie que quelques fois par semaines au lieu de tous les jours.

Je savourai mes frites délicieusement salées et me demandais pour la millionième fois ce que faisait Bones. Quoi que ce soit, j’espérais qu’il se portait bien. Il était peut être mort, mais ça ne le rendait pas immortel pour autant et avec son travail, un tat de gens voulaient le  réduire en, poussière.

Pitié mon Dieu, prenez soin de lui, songeai-je. Faites qu’il comprenne pourquoi j’ai fais ce que j’ai fait et faites qu’il ne me déteste pas pour ça. Ou alors laissez lui me haïr si ça le rend plus heureux. Euh. ..en fait? faites juste qu’il aille bien.

Un cri étouffé me fit violement tourner la tête. Je fixai mon regard dans sa direction en me dirigeant vers le son. Là. Derrière l’épais bosquet à environ une centaine de mètres en direction du parc !  Je sortis une des lames en argent que je garde toujours dans ma veste et la dissimulai dans l’une de mes manches.

« Quelqu’un est blessé ? » demandai-je. Peut-être que le son que j’avais entendu n’était que le cri de la passion durant une étreinte clandestine… Ou quelque chose d’humain en tout cas… J’avançais lentement.

Un bruit de succion fit office de réponse à ma question. Je connaissais bien ce son.

Lorsque je jaillis du couvert des arbres, le vampire ne releva même pas la tête du cou de sa victime. Deux choses s’imposèrent soudainement à mon esprit : Premièrement,  il ne se nourrissait pas pour se taper un petit snack innocent : ses dents étaient enfoncées trop profondément. Deuxièmement, il ne s’était même pas soucié de l’hypnotiser.

Avengers-black-widow CATLes yeux suppliants de la fille rencontrèrent alors les miens. Ca n’avait rien d’un échange de sang consentit. Si ça avait été le cas, j’aurai tourné les talons, comme je l’avais fait une centaine de fois déjà. Mais là, c’était différent.. Différent dans le genre tentative de meurtre.

« Hey mec ; viens un peu par ici, j’ai meilleur goût tu verras ! »

Le vampire se mit à rigoler, son rire étouffé par le cou de la jeune fille. Il ne se sentait pas attaqué, et pourquoi en aurait-il été autrement? Mon c?ur battait, je respirai et j’étais seule. Aucun immortel saint d’esprit n’y verrait une raison de s’alarmer?c’était pourquoi le déguisement était si parfait !

Comme il relevait la tête , son regard d’émeraude s’ancra dans le mien. Bien, bien…ses crocs n’étaient désormais plus l’artère de la victime, où ils auraient pu la réduire en bouillie.

« Hummm, il va falloir que je teste. »

Je me jetai sur lui avec une vitesse stupéfiante. Tête de Crocs n’eu même pas le temps d’avoir l’air surpris avant que ma lame d’argent ne s’enfonce dans son c?ur ! Une, deux, trois torsions et toute sa force le quitta pour de bon.

Je savais que cet acte faisait de moi une putain de meurtrière mais bon sang que c’était bon ! Il y avait
peu de choses qui me donnaient le sourire ces derniers temps, mais faire des heures sup en tuant des enfoiré de meurtriers comme lui me faisait croire à nouveau qu’il y avait une raison de vivre. Je ne pouvais pas être avec Bones ; mais je pouvais sauver quelques vies. C’est la seule raison qui me faisait continuer d’avancer.

La fille me fixait, incrédule, vacillant sur ses pieds. Du liquide rouge s’échappait des deux trous qu’elle avait dans le cou en de rapides giclées. J’y jetai un rapide coup d’?il avant de me pencher pour trancher la main du vampire d’un seul coup sec.

Ses yeux s’ouvrirent grand comme des soucoupes. Avant qu’elle ne puisse faire quelque chose de stupide comme se mettre à courir avec une artère percée, je la saisi fermement par le bras. Ensuite, je pris la main du vampire et la pressai sur les trous que ses crocs avaient laissés, tout en plaquant mon autre main sur sa bouche pour l’empêcher de crier.

Les battements de son c?ur résonnaient fortement dans mes oreilles tandis qu’elle se débattait pour s’arracher à mon emprise. Je pressai la main coupée pour récolter le sang restant qui commençait déjà à se dessécher. Après un moment, j’écartai le moignon et examinai la blessure.

Le saignement avait cessé et les trous de canines avaient disparus. Satisfaite, je jetai la main tranchée du vampire mort.

« Abracadabra », murmurais-je. Imbécile de Don, rempli de préjugés ! Rien au monde, je dis bien rien, ne guérissait comme le sang de vampire.

Je dégageai finalement sa bouche et la libérait; prête à lui servir mon speech sur comment un traumatisme pouvait faire voir aux gens des choses qui n’étaient pas vraiment arrivées, quant elle se mit à parler.

« C’était un vampire, n’est-ce pas ? »

Elle posa sa question d’une manière très pragmatique. Je l’observai avec méfiance, me demandant si c’était le prélude à un délire hystérique.

« Melle, vous devez vous méprendre. Il arrive parfois, que quand les gens vivent une expérience traumatique, leur esprit leur joue des tours?. »

« ?Et vous venez de lui régler son putain de compte !, dit-elle en m’interrompant. Je veux dire ?Wooow ! Je vous dois au moins une bière ! »

NH fanartJe la regardai avec la même incrédulité dont elle avait fait preuve envers moi quelques instants plus tôt. La plus part des gens, après avoir été mordu et avoir vu leur bourreau tous crocs dehors se faire poignarder, étaient excessivement nerveux,  à bout de nerfs. Ils ne donnaient pas de coups de pieds dans le cadavre du vampire et ne marmonnaient pas non plus à quel point c’était peu courtois que leur assaillant ne leur ai pas apporté à boire avant de se désaltérer eux-mêmes?

Je repris position sur mes pieds en une seconde. Le protocole voulait que je la garde ici, que j’appelle l’équipe et que je laisse Don arranger une petite session d’ altération de la mémoire entre elle est son staff d’hypnotiseurs ultra qualifié et toujours de service.

Après tout, on ne pouvait pas se permettre d’avoir des gens qui courraient partout en criant « Nosferatu » et qui rassemblaient les villageois lanternes et râteaux à la main n’est-ce pas ?

« Je dois passer un coup de fil », dis-je. « Bouger le corps, nettoyer ce merdier? »

 Oh lala, est-ce que je venais de dire ça à haute voix ? Qu’est-ce qui m’arrivait ?

Elle acquiesça de la tête comme si ce que je venais de dire avait un sens pour elle, puis elle s’assit. Son pouls était régulier à présent, quoiqu’un peu plus faible qu’il aurait du être. Quelques cachets de fer, et beaucoup de repos et il n’y paraitrait plus.

« Est-ce que c’est votre job ou un truc dans le genre ? »

Pourquoi est-ce qu’elle ne réagissait pas comme les autres victimes que j’avais rencontrées ? Elle avait presque faillit se faire manger par un vampire nom de Dieu !  Elle devrait être entrain de crier, pleurer et demander à parler à son avocat.. les trucs habituels quoi !

« Avez-vous déjà vu des vampires avant ? », demandais-je avec suspicion. Ca pourrait être une explication.

Elle secoua la tête.

 « Non, c’était bien une première pour moi ! »

« Alors pourquoi êtes-vous si calme ? » laissai-je échapper.

Elle me jeta un regard épuisé. 

« Je viens de déménager de New York et mon ancien petit ami était un chauffeur de taxi là-bas. Est-ce que ça répond à votre question ?

Prise au dépourvu, j’explosai de rire. Oui, maintenant, sa nonchalance quant elle avait découvert l’existence des morts vivants prenait tout son sens.

« Je m’appelle Denise. Et vous ? »

Etonnamment, je lui révélait la vérité :  « Cat »

Elle sourit. Même si son sourire était fragile, il était sincère.

« Cat, je suis vraiment très contente de te rencontrer. »

Trad par Tito, texte original: link

Publicités

Une réflexion sur “Scène coupée: La rencontre de Cat et Denise

  1. Pingback: Cat et Bones sont de retour! | chapitre32

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s